Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 23:03

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le marché aux herbes d'Amsterdam"

Huile sur toile du peintre néerlandais Gabriel Metsu

(collection de peintures du Louvre)

Pour en savoir + sur ce tableau

lire  ici

 

 

Les histoires de cérémonies au jour du solstice de l'été,

nous amènent sur le sujet des précieuses "Herbes de la Saint Jean"

Au fil des époques qui se succèdent, on note l'évolution de la prise en compte

des vertus de ces plantes sauvages, un commerce les concernant se développe.

Indépendants, les marchands ou marchandes d'herbes s'imposent dans les rues.

Des marchés aux herbes s'installent sur les places, sous des halles, étalant aux

yeux de connaisseurs intéressés, de nombreuses variétés de plantes officinales

aromatiques, médicinales, destinées à être utilisées pour des breuvages, pour

la cuisine...etc...ce, à des fins thérapeutiques avec des soins alors naturels.

Depuis la nuit des temps, l'individu a toujours considéré qu'il était essentiel

de veiller à sa santé physique mais aussi, plus ou moins consciemment,

sur l'état de son équilibre mental, autrefois par des moyens occultes,

spirituels, avec des rituels dits "sacrés" et en s'appuyant donc sur

ses connaissances transmises de génération en génération

concernant les plantes aux propriétés si bienfaitrices.

 

 

La marchande d'herbes aromatiques

Ta paille azur de lavandes,
Ne crois pas avec ce cil
Osé que tu me la vendes
Comme a l'hypocrite s'il

En tapisse la muraille
De lieux les absolus lieux
Pour le ventre qui se raille
Renaître aux sentiments bleus.

Mieux entre une envahissante
Chevelure ici mets-la
Que le brin salubre y sente
Zéphirine, Paméla

Ou conduise vers l'époux
Les prémices de tes poux.

Stéphane Mallarmé

(1842-1898)

 

 

Dessin de marchande d'herbes 1774

 

La Marchande d'herbes : estampe du XVIIIème siècle (1745-1755)

( A Paris, petits groupes de personnes de part et d'autre d'une marchande d’herbes.

A droite, une vendeuse de petits pains. Fragments de façades à l'arrière-plan)

 

 

 

 

Scène de rue : marchandes d'herbes (photo?)

adulte - enfant, marchands d'herbes (photos Atget)

Scène de rue.: marchandes d'herbes (photos Atget)

(photo Atget) Marchande de mouron*

Clic sur la photo

de Jean Eugène Auguste Atget

pour en savoir + sur le photographe français

Vers les années 1900, l'industrialisation galopante fait son apparition, ainsi

le petit métier de marchande d'herbes finit par disparaître du paysage urbain.

 

A propos du mouron*

(plante et expression)

(le mouron rouge)

(le mouron bleu)

(le mouron blanc ou mouron aux oiseaux)

En savoir + sur le mouron   ici

(clic sur ses gifs et planches botaniques)

 

L'expression « se faire du mouron »

L'épithète du nom botanique media « milieu » fait référence à la ligne de poils

qui court alternativement d'un côté puis de l'autre de chaque entrenœud

de la tige ronde de la plante appelée mouron et cette ligne de poils

faisant référence aux cheveux, aurait amené l'expression

« se faire du mouron » en fait de l'argot qui signifie

"se faire des cheveux blancs" c'est-à-dire

"se faire du soucis".

 

Le petit commerce

J'ai vendu du mouron

Mais ça n'a pas marché

J'ai vendu des cravates

Les gens étaient fauchés

(...)

Boris Vian

des

"Chansons impossibles" (1955)

(texte intégral plus bas...)

 

 

 

 

 

" Le petit commerce"

du chansonnier Boris Vian

 

 

 

 

 

 

 

« Le petit commerce »

 
J’ai vendu du mouron
Mais ça n’a pas marché
J’ai vendu des cravates
Les gens étaient fauchés
J’ai vendu des ciseaux
Et des lames de rasoir
Des peignes en corozo
Des limes et des hachoirs
J’ai essayé les fraises
J’ai tâté du muguet
J’ai rempaillé des chaises
Réparé des bidets
Je tirais ma charrette
Sur le mauvais pavé
J’allais perdre la tête
Mais j’ai enfin trouvé.
 
Je roule en Cadillac dans les rues de Paris
Depuis que j’ai compris la vie
J’ai un petit hôtel, trois domestiques et un chauffeur
Et les flics me saluent comme un des leurs
Je vends des canons
Des courts et des longs
Des grands et des petits
J’en ai à tous les prix
Y a toujours amateur pour ces délicats instruments
Je suis marchand d’canons venez me voir pour vos enfants Canons à vendre !
 
Avec votre ferraille
On forge ces engins
Qui foutront la pagaille
Parmi ceux du voisin
Ca donne de l’ouvrage
A tous bons ouvriers
Et chacun envisage
De fonder un foyer
Pour se faire des finances
On fabrique des lardons
On touche l’assurance
Et les allocations
Ca n’a pas d’importance
Car lorsqu’ils seront grands
Ils iront en cadence
Crever pour quelques francs.
 
Je vendais des canons dans les rues de la terre
Mais mon commerce a trop marché
J’ai fait faire des affaires à tous les fabricants d’cimetières
Mais moi maint’nant je me retrouve à pied
Tous mes bons clients
Sont morts en chantant
Et seul dans la vie
Je vais sans soucis
Aux coins des vieilles rues, le coeur content, le pied léger
Je danse la carmagnole, y a plus personne sur le pavé Canons en solde !
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Domi
  • : idées, pensées, images, humour, avis,...en vrac. Petits jeux et trouvailles de toutes sortes.
  • Contact

" Prendre son temps sans temps "

Recherche

Pages