Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 23:03

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus voir sur wikipédia : cliquer  

Explication plus shématique avec "MétéoNature" :  ici

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Domi
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 23:02

 

 

 

 

clic sur l'image

 

 

 

L'alliage est plutôt étrange de prime abord : marier le blues au hip-hop, laisser se confronter les notes bleues et le flow du rap, voilà une idée détonante. C'est celle de Scarecrow, un quatuor toulousain.

 

 

Entretien avec le chanteur et guitariste, Paul

(avec La Dépêche)

 

Cette ambiance blues et hip-hop vient de la rencontre d'un scratcheur et d'un guitariste de blues qui ont eu alors l'idée de marier leurs genres. Mais finalement, il n'y a rien d'anormal car le hip-hop n'est rien moins que le blues des années «90». Ce sont dans les deux cas des gens qui étaient opprimés et qui souhaitaient s'évader, se relâcher par la musique.

Vos textes sont d'ailleurs particulièrement noirs, peut-être pessimistes ?

Je ne dirais pas pessimistes car nous nous contentons de faire un constat de l'état de notre société actuelle. Il existe toujours des gens exploités, des gens au bord du gouffre, quel que soit le parti politique du moment. Notre vision se veut alors objective, on ne se voit pas comme un groupe engagé, on fait de la musique avant tout en partageant les mêmes valeurs. D'ailleurs, quand Antibiotik écrit un de nos textes, pas besoin de se concerter pour avoir l'approbation de tous.

Vous sortez un nouvel album qui n'en est pas tout à fait un ?

Nous avons sorti l'an passé «Evil & Crossroads», un 7 titres dont nous préparons la réédition, en l'agrémentant de 5 titres inédits. C'est cet album que nous travaillons cette semaine à La Gespe, nous perfectionnons chaque morceau et l' adaptons à la scène. Car nous nous revendiquons comme un groupe de scène. Si on aime le studio pour travailler le son et exploiter la fusion blues et hip-hop, la scène permet de nous exprimer librement, de faire davantage apprécier aux gens notre idée, de leur montrer ce qu'il y a de blues dans le hip-hop, ce qu'il y a de hip-hop dans le blues.

Un dernier mot sur votre fonctionnement : vous vous autoproduisez et restez indépendants. Est-ce un choix ?

Oui, cette démarche est la nôtre car nous avons souhaité rester maîtres de notre destin artistique tout en cherchant à comprendre le système de production actuelle. Aujourd'hui, avoir une liberté artistique est un luxe, cela nous permet par exemple de mettre en téléchargement libre notre album (à entendre sur http://blueshiphop.com/evil-crossroads/)

 

 

 

Repost 0
Published by Domi
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 23:01

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Domi
commenter cet article
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 23:05

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Domi
commenter cet article
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 23:04

 

 

 

 

 

 

Pour visionner le film d'animation,

cliquer  ici

 

 

Résumé de l'histoire

 

 

Le Chaînon Manquant raconte l'histoire épique de Oh, dernier rejeton du chef d'une tribu

de « bidules » des cavernes, qui le rejette pour défaut « d'anormalité ». Lâché dans la nature sauvage

de l'an 196303 avant J.C., sa survie semble alors bien compromise, mais il a la chance de rencontrer

un jeune brontosaure solitaire - lui aussi écarté du troupeau et ce colossal tas de viande devient alors

son ami d'infortune, mais aussi son protecteur. En compagnie de ce dinosaure nommé Igua,

Oh va donc grandir... et s'apercevoir qu'il possède des capacités d'adaptation bien étranges.

En effet,

Oh peut se tenir debout sur ses deux membres inférieurs,

Oh peut fabriquer des objets, Oh peut faire du feu...

Bref, Oh est un homme !

Révélation importante car elle va complètement bouleverser sa philosophie de vie :

Oh se décide à faire bénéficier ses semblables de toute la somme de ses découvertes

et il part alors en quête de sa tribu perdue.

 

 

 

 

 

 

     

 

     

 

     

 

 

 

On y retrouve de nombreuses références, comme La Guerre des Étoiles, à King KongGulliver, la théorie de l'évolution de Darwin, ou encore le 3ème Reich.

L'homme est ici montré comme celui qui a tout gâché, perverti toutes les belles choses, qui a fait

le mal au lieu du bien... et au final, celui qui est désigné comme le responsable

de cet immense "merdier", c'est Oh, bien sûr !

 

Pour en savoir + sur le dessinateur, réalisateur, producteur Picha

cliquer  ici

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Domi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Domi
  • Le blog de Domi
  • : idées, pensées, images, humour, avis,...en vrac. Petits jeux et trouvailles de toutes sortes.
  • Contact

" Prendre son temps sans temps "

Recherche

Pages